Agenda

La kinésiologie, quésaco ?
.
Elle est fondée sur des découvertes concernant le tonus musculaire et l'action que le stress génère sur ce dit tonus.
Parmi les précurseurs, un acupuncteur, ce qui sans doute a facilité et motivé les liens avec certains préceptes de la médecine chinoise, ainsi qu'avec d'autres techniques consacrées au bien être physique, mental et émotionnel.
La vocation de la kinésiologie est d'envisager l'être humain dans sa globalité, respectant ainsi la définition de l'OMS en matière de santé globale : "la possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain...".
La kinésiologie se concentre sur ce qui favorise la santé sur tous les plans constituant l'être humain.
La kinésiologie n'est pas centrée sur la maladie, celle-ci relevant uniquement du domaine de la médecine. Qui mieux que les médecins sont aptes à répondre aux douleurs, infections, traumatismes, lésions et urgence ?
De nombreuses études en médecine allopathique, en neurologie le confirment, l'état d'esprit d'une personne est un facteur essentiel dans le cadre d'une guérison.
C'est en cela, au même titre que d'autres techniques naturelles, que la kinésiologie est complémentaire.
Avant de se déclencher une maladie est majoritairement précédée de symptômes, que notre vie trépidante du XXIème siècle nous incite à ne pas prendre en considération ou à passer sous silence.
De nombreuses expressions populaires nous éclairent pourtant sur le lien qui existe entre corps et émotions :
Se lever du pied gauche -signification : être de mauvaise humeur au lever. -origine : Pendant longtemps, le côté gauche du corps fut jugé moins noble que le côté droit – la gauche évoquant le diable, l’enfer et la droite, Dieu, le paradis.-
Le supplice de Tantale -signification : être tout près d’obtenir quelque chose et finalement en être empêché. - origine : Tantale, roi de Lydie et fils préféré de Zeus. Il fut condamné à subir éternellement la faim et la soif dans les Enfers. Chaque fois qu’il se penchait pour boire de l’eau, celle-ci disparaissait ; chaque fois qu’il tentait de cueillir un fruit, la branche s’envolait. D’où l’idée du supplice de Tantale : ne pouvoir atteindre, malgré sa proximité, l’objet de ses désirs.-
Battre de l’aile - signification : fonctionner avec peine, se dérouler difficilement. Origine : renvoie à l’image de l’oiseau blessé, avec seulement une aile vaillante.-
En avoir ras le bol - signification : En avoir assez, en avoir marre. Être fatigué de faire quelque chose. Origine : très usitée et connue de nos jours, ne signifiait pas simplement "en avoir sa claque", en avoir marre … Non, elle était beaucoup plus obscène et se rapprochait plutôt de l’expression ” en avoir plein le cul” (pardonnez ma vulgarité passagère). En effet, le mot Bol, désignant au préalable un récipient, est attestée en argot, dès 1872 selon Esnault, avec le sens de “cul, anus”.-
Avoir les jambes coupées,
Avoir le souffle coupé,
Ne pas le sentir,
En avoir plein le dos....
* références : Et bien d'autres encore, sur http://www.les-expressions.com ; http://www.mon-expression.info. Amusez vous, si cela vous intéresse.
Depuis les années 30, des précurseurs se sont penchés sur ces questions et ont développé plusieurs branches de kinésiologie.
Quelque soit la branche, les outils de base restent les mêmes : l'observation (démarche, posture...) et le test musculaire.
De même que la position du kinésiologue : il n'est pas là pour se substituer ou faire à la place de, au contraire, il met ses outils à disposition pour accompagner la personne.
La philosophie sous sous-jacente à la kinésiologie est que la mémoire n'est pas uniquement enregistrée au niveau cérébral ou mental, mais dans toutes les cellules du corps. Ce qui laisse présager un champ d'exploration particulièrement vaste !!!
Le potentiel de la conscience humaine n'est pas totalement connue, pourtant à l'évidence le corps sait ce dont il a besoin, ne parle-t-on pas d'intuition ?
Qui ne s'est jamais dit : "j'ai déjà vu ça", "heureusement que je n'y suis pas allé" ou "grand bien m'a pris de le faire dans cet ordre" ?
Toutes les réponses ne se trouvent pas au niveau du mental, le corps si on lui prête attention nous en donnent également.
C'est parce que le corps est capable de s'exprimer que le kinésiologue est simplement un des révélateurs du potentiel de la personne, lui permettant de devenir responsable de son cheminement et de ses choix, sans aucun jugement d’aucune sorte ; il permet à la personne d’accepter ses échecs et ses réussites comme matière d’enseignements et d'informations.
Ainsi les mouvements et autres outils mis à disposition lors d'une séance deviennent propriété de la personne, elle peut les réutiliser à loisir et dans son quotidien pour gérer certaines émotions, stress et/ou simplement pour se sentir bien.
Comme toute technique naturelle, la kinésiologie ne rétablit pas l'harmonie et l'équilibre en une seule séance.
Nous mettons des années pour nous installer "confortablement" dans un déséquilibre que l'on finit par considérer comme "naturel"/"d'origine", alors comment espérer une modification en l'espace d'une heure ou deux.
Nous avons tendance à oublier le rythme, notre propre rythme.
Notre environnement social et économique nous fait croire que tout est instantané, pourtant avant de cueillir des cerises il a fallu des bourgeons, puis des fleurs ; la neige n'apparait qu'après plusieurs mois de baisse de température ; le soleil après la lune...
Pour illustrer et visualiser l'action de la kinésiologie sur notre corps et notre mental, prenons quelques images :
La plus classique, celle de l'oignon.
Éplucher un oignon c'est enlever une à une les différentes peaux, les différentes couches.
Ou moins potagère, celle des poupées russes, la première cache toujours la suivante.
Celle de la madeleine de Proust :
Envisageons que chacune des situations que nous vivons soit enregistrée sur un support permettant de graver l'événement et les émotions que nous ressentons consciemment ou non, les odeurs, les bruits, et toutes sensations.
L'évènement qui ne change pas, c'est le goûter accompagné d'une madeleine et de la douceur de l'enfance. A l'âge adulte l'enfance a disparu, pourtant manger une madeleine replonge le grand Proust dans la peau du petit Marcel. Ce souvenir et les émotions liées lui étaient agréables.
Nous avons tous nos madeleines, et nous avons également collectionné nombre d'enregistrements moins agréables, qui aujourd'hui perturbent notre équilibre, notre bien être.
C'est sur ces points que travaille la kinésiologie, parce que le cerveau, machine extraordinaire, est capable d'enregistrer de nouvelles émotions sur un fait qui nous a perturbé. L'intérêt est d'envisager de nouvelles solutions, une amélioration de notre équilibre, en enregistrant des émotions positives, constructives.
Par le biais de mouvements doux et adaptés à chaque personne la kinésiologie nous offre une opportunité pour abandonner des schémas répétitifs, améliorer des douleurs ou des fatigues qui perdurent.
Le corps est un outil de communication formidable : écoutons le et mettons le en mouvement.

RETOUR
22 juin 2011