Agenda

La Kinésiologie : le test musculaire un moyen de communication.

Les premiers tests musculaires, créés par des neurologues, étaient utilisés pour évaluer des paralysies et autres problèmes moteurs. Ils consistaient déjà à appuyer sur certains membres du corps pour en estimer la tonicité.
Chacun sait implicitement qu'une émotion trop forte peut avoir un impact sur certains muscles : la peur peut couper les jambes ; le stress crisper les trapèzes ; la mâchoire se durcir, qui n'a jamais senti cette dernière se serrer sous le coup de la colère ?...
Une simple observation empirique, sur les situations que nous avons vécues ou auxquelles nous avons assisté nous renseignent aisément sur le lien évident qui existe entre nos émotions et notre tonicité musculaire.
C'est en partant de ce constat que les précurseurs de la kinésiologie ont opté pour l'utilisation de ce moyen de communication binaire : muscle verrouillé / muscle déverrouillé.
Prenons l'exemple du deltoïde antérieur, muscle de l'épaule qui permet d'amener le bras vers l'avant du corps.
Si le muscle est verrouillé le bras reste vers l'avant (ou vers le haut si la personne est couchée, comme sur le schéma) sans effort.

Si le muscle se déverrouille le bras retombe le long du corps, la tonicité tombe.
La tonicité du muscle est captée par l'intermédiaire de la pression exercée sur ce dernier (cf. Schéma).
Il ne s'agit absolument pas d'une épreuve de force. Surtout pas, cette dernière aurait un effet totalement inverse à celui recherché ; elle entraînerait une contraction non seulement du deltoïde, mais de tous les muscles de l'épaule, du bras et plus si affinité.
C'est un peu comme la communication verbale, un ton agressif génère la plupart du temps une réponse agressive.
Un ton neutre et doux, une réponse calme et sécurisée.
C'est pourquoi la pression exercée sur le muscle durant le test est douce, légère et simplement présente.
Le poids de cette pression n'excède pas 20 à 50g, voir juste le "poids" de la main du testeur.
Détente et sécurité sont donc les maîtres mots du test musculaire.


RETOUR

22 juin 2011