Agenda

communication et hémisphères cérébraux

La Kinésiologie : communication et hémisphères cérébraux.

Le cerveau est composé de plusieurs aires. Nous allons nous attacher à deux grandes parties appelées hémisphères gauche et droit (chez certaines personnes ils sont parfois inversés, ce qui représente un faible pourcentage de la population).

Majoritairement l'hémisphère gauche est dominant et consacré à tout ce qui concerne l'analyse, la survie, le centrage sur le temps, le langage verbal, l'image du moi, la critique... et le système de croyance. Il est concentré sur les détails et la linéarité des faits. Le travail et l'objectif du cerveau analytique est d'éviter la peur, la douleur et/ou la peur de la douleur. Ce syndrome d'évitement amène le cerveau analytique à porter des jugements sévères sur nous même (parfois sur les autres). Son expression passe par le langage verbal analytique.
La mémoire de l'hémisphère gauche est centrée sur les émotions, les sensations ressenties lors d'un événement, s'il a été douloureux, la peur, la douleur sont ce qui restera de cet événement.
L'hémisphère gauche contrôle le côté droit du corps.

L'hémisphère droit, lui est consacré à la créativité, le spatial, le tout, une perception sans limite de l'espace et du temps, les images, les couleurs, les symboles, le rythme, la musique... Il traite l'information comme un tout, simultanément et non de façon linéaire. Il connaît la peur et la douleur, mais n'y répond pas de la même manière que l'hémisphère droit. Son langage est celui de la symbolique, des couleurs, des images, des sons.
La mémoire de l'hémisphère droit est centrée sur le fait, sur l'événement en lui même et non sur ce qui a été ressenti. La mémoire ici est donc totale, elle est ce qui s'est réellement passé et tous les signes ont été enregistrés y compris les émotions des protagonistes de l'événement en question.
L'hémisphère droit contrôle le côté gauche du corps.

Notre société et notre mode de vie nous pousse à utiliser principalement l'hémisphère gauche. Nous sommes sollicités sans cesse pour écouter, enregistrer et analyser les informations que nous recevons à longueur de journée. C'est parce qu'elles sont essentiellement orales ou écrites, que notre cerveau gauche est si requis.
Le système de croyance correspond a tout ce que nous avons appris, tout ce qui nous a été inculqué dans l'enfance, durant notre apprentissage tant en matière de culture que d'émotion.
Ce système de croyance est une base de données dans lequel le cerveau va chercher des solutions face à un stimulus extérieur quelque soit sa nature.
La nouveauté, la créativité n'est pas l'apanage de l'hémisphère gauche, il pioche donc dans ce qui lui est connu : le système de croyance. C'est ainsi que nous nous sentons régulièrement " piégé " dans des situations qui se répètent.
Dans la vie quotidienne, émotionnelle, ces répétitions sont parfois difficiles, fatigantes, voir stressantes.

L'intégration des deux hémisphères est indispensable. La marche en est l'exemple type si chaque hémisphère contrôle un côté du corps, il est bien évident que nous avons besoin des deux pour soulever et avancer alternativement chaque pied dans l'action de la marche.

Il devrait en être de même en ce qui concerne nos émotions et la gestion des situations nouvelles que nous rencontrons dans la vie.
Sachant que la mémoire totale se trouve dans l'hémisphère droit, nous avons intérêt à conserver un accès et une bonne gestion de notre hémisphère gauche et de notre système de croyance, surtout en cas de stress. Conserver cet accès et cette bonne gestion doit nous permettre de trouver plus facilement des solutions alternatives, nouvelles, plutôt que de nous laisser emporter par la colère, la peur ou la peur de la douleur.

Il ne s'agit pas de supprimer les informations et les solutions de l'hémisphère gauche, en effet, ce sont les analyses produites par celui-ci dont dépend notre survie.

Au contraire, il s'agit d'utiliser nos deux hémisphères et pour cela de les inciter à fonctionner ensemble, non pas l'un après l'autre ou l'un dans le silence de l'autre.

Il existe des exercices simples permettant de favoriser l'équilibre cérébral. Cet équilibre est particulièrement indispensable durant les temps d'apprentissage, nous retenons mieux.
Les enfants sont les premiers visés, eux qui passent leur journée à apprendre.

Exemples d'exercice :

dessiner le signe suivant des yeux en le faisant petit puis moyen puis très grand (dans ce dernier cas les yeux doivent faire tout le tour de l'oeil). Il est préférable de commencer à dessiner le symbole en montant.

 

le mouvement croisé du corps :

- plier l'avant bras gauche et et la jambe droite (le genou est plié, le pied en l'air) aller toucher le genou droit avec le coude gauche. Reposer le pied droit, procéder de même en inversant les côtés, aller toucher le genou gauche avec le coude droit. En alternant, recommencer une dizaine de fois de chaque côté.

 

Ces mouvements sont utilisés durant les séances de kinésiologie en fonction des besoins. Néanmoins, ils sont simples et peuvent être pratiqués par tous, tous les jours.

Pour en savoir un peu plus sur le fonctionnement de notre cerveau :

 

Une neurobiologiste américaine nous fait part de sa terrible expérience et nous donne un aperçu du fonctionnement de nos deux hémisphères :


RETOUR

15 septembre 2011