Agenda

La Kinésiologie : les trois niveau de stress.

Le stress est actuellement un terme chargé de négatif.
A l'origine il est mis en évidence pour notifier un changement en matière de réponses du corps face aux différentes situations, le stress est aussi positif, c'est aussi lui qui nous pousse à nous dépasser.
Concernant l'origine et les mécanisme du stress, voir l'article sur Hans SELYE (cf rubrique : les ateliers infos/bien être).
Le stress agit sur la tonicité des muscles, c'est ce qui sous tend le principe du test musculaire (cf article kinésio-test musculaire).
Hans SELYE a déterminé une théorie "du syndrome général d'adaptation", qui est un ensemble de symptômes non spécifiques qui apparaissent quelle que soit la nature de l'agression.
.
Ce modèle distingue trois phases que l'on peut lire au niveau corporel :
.
Réaction d'alarme (phase ou niveau 1) : temps de préparation, mobilisation des ressources pour faire face au stress, peut être déclenché par un di-stress et également par un eu-stress.
.
* Le contexte : Ces réactions sont déclenchées par le danger immédiat, capté par les sens (vue, ouïe, odorat...) le signal imminent (étudiant en examen, sportif sur la ligne de départ), la peur, la colère et aussi par des projections mentales (lecture, pessimisme...), des images dures (télévision, cinéma...).
.
* Réponse du corps : le corps déclenche une réponse qui produit des modifications physiques :
- les muscles se tendent,
- les sens sont en hyper-vigilence,
- la peau devient pâle et chasse le sang vers le derme, en cas de coupure,
- augmentation des battements cardiaques,
- les yeux deviennent ternes (di-stress),
- les surrénales libèrent l'adrénaline ce qui fait augmenter le taux de sucre,
- pieds et mains deviennent froids, le sang part vers les muscles et les organes profonds,
- les bronches se dilatent pour amener plus d'oxygène,
- le système digestif est mis en sommeil,
- la peau transpire pour refroidir le corps,
- le taux de coagulation et les globules blancs augmentent en cas de plaie et d'infection,
- la thyroïde produit plus d'hormones.
.
* Que faire ? Il est important de boire de l'eau, de prendre des temps de repos, de s'aérer, de prendre quelques respirations profondes (pas d'hyper-ventilation, juste une respiration ventrale), de prendre une douche, de regarder une image, un paysage que l'on apprécie, qui apporte le calme...
.
Phase de résistance (phase ou niveau 2) : utilisation des ressources.
.
* Le contexte : c'est la réponse de vigilance ou de conservation, les conditions extérieures sont difficiles (manque de nourriture, température extrême, conditions de travail difficiles, environnement agressif (le niveau d'agression est différent pour chacun), insécurité émotionnelle…).
.
* Réponse du corps :
- distribution de cholestérol (énergie de longue durée),
- la pression sanguine augmente doucement,
- perte de potassium, magnésium, et autres oligo-éléments,
- l'immunité s'abaisse,
- les "coups de cafards" sont plus fréquents,
- perte d'acuité de raisonnement, de pensée,
- certaines perceptions de la réalité disparaissent,
- augmentation des "petits accidents" (on se cogne, se coupe... plus facilement)
L'état de stress devient chronique et la tension émotionnelle constante. Certaines personnes vivront sous stress pendant très longtemps, d'autres s'écrouleront rapidement.
.
* Que faire ? Favoriser les boissons chaudes, prendre des temps de repos suffisamment réparateurs, parler de la situation à une personne de confiance ou un professionnel, prendre le temps de ressentir tout son corps, de sentir la terre sous ses pieds.
.
Phase d'épuisement (phase ou niveau 3) : apparition de différents troubles somatiques.
.
* Le contexte : Phase de déclin du niveau de résistance. Les ressources du corps sont épuisées. L'organisme ne réagit plus. La dépression devient chronique et la somatisation s'installe avec le déclenchement de symptômes physiologiques.
.
* Réponses du corps :
- la tension artérielle est élevée,
- apparition d'infection,
- diabète, ulcères, allergie, problème de poids,
- dépression, mauvaise image de soi,
- absentéisme, augmentation des accidents, de la consommation d'alcool, de tabac…
.
* Que faire ? Boire chaud, respirer profondément, prendre la décision de sortir de la spirale de ce problème, faire le CHOIX de passer à l'action et rencontrer un professionnel (quel qu'il soit, à condition qu'il vous convienne), se laisser le temps de résoudre le problème -il ne s'est pas installé en un seul jour-.

Ressources complémentaires :
- Hans SELYE, le stress de la vie (1962),
- D. Whiteside et G. STOKES, Louder than words et under the code (1997).

RETOUR

18 décembre 2011

La Kinésiologie : les trois niveau de stress.

 

 

Le stress est actuellement un terme chargé de négatif.

A l'origine il est mis en évidence pour notifier un changement en matière de réponses du corps face aux différentes situations, le stress est aussi positif, c'est aussi lui qui nous pousse à nous dépasser.

Concernant l'origine et les mécanisme du stress, voir l'article sur Hans SELYE (cf rubrique : les ateliers infos/bien être).

Le stress agit sur la tonicité des muscles, c'est ce qui sous tend le principe du test musculaire (cf article kinésio-test musculaire).

 

 

Hans SELYE a déterminé une théorie "du syndrome général d'adaptation", qui est un ensemble de symptômes non spécifiques qui apparaissent quelle que soit la nature de l'agression.

 

Ce modèle distingue trois phases que l'on peut lire au niveau de l'oeil :



Réaction d'alarme (phase ou niveau 1) : temps de préparation, mobilisation des ressources pour faire face au stress, peut être déclenché par un di-stress et également par un eu-stress.

 

- Le contexte : Ces réactions sont déclenchées par le danger immédiat, capté par les sens (vue, ouïe, odorat...) le signal imminent (étudiant en examen, sportif sur la ligne de départ), la peur, la colère et aussi par des projections mentales (lecture, pessimisme...), des images dures (télévision, cinéma...).

 

- Réponse du corps : le corps déclenche une réponse qui produit des modifications physiques :

- les muscles se tendent,

- les sens sont en hyper-vigilence,

- la peau devient pâle et chasse le sang vers le derme, en cas de coupure,

- augmentation des battements cardiaques,

- les yeux deviennent ternes (di-stress),

- les surrénales libèrent l'adrénaline ce qui fait augmenter le taux de sucre,

- pieds et mains deviennent froids, le sang part vers les muscles et les organes profonds,

- les bronches se dilatent pour amener plus d'oxygène,

- le système digestif est mis en sommeil,

- la peau transpire pour refroidir le corps,

- le taux de coagulation et les globules blancs augmentent en cas de plaie et d'infection,

- la thyroïde produit plus d'hormones.

 

- Que faire ? Il est important de boire de l'eau, de prendre des temps de repos, de s'aérer, de prendre quelques respirations profondes (pas d'hyper-ventilation, juste une respiration ventrale), de prendre une douche, de regarder une image, un paysage que l'on apprécie, qui apporte le calme...

 

 

Phase de résistance (phase ou niveau 2) : utilisation des ressources.

 

- Le contexte : c'est la réponse de vigilance ou de conservation, les conditions extérieures sont difficiles (manque de nourriture, température extrême, conditions de travail difficiles, environnement agressif (le niveau d'agression est différent pour chacun), insécurité émotionnelle…).

 

- Réponse du corps :

- distribution de cholestérol (énergie de longue durée),

- la pression sanguine augmente doucement,

- perte de potassium, magnésium, et autres oligo-éléments,

- l'immunité s'abaisse,

- les "coups de cafards" sont plus fréquents,

- perte d'acuité de raisonnement, de pensée,

- certaines perceptions de la réalité disparaissent,

- augmentation des "petits accidents" (on se cogne, se coupe... plus facilement)

 

L'état de stress devient chronique et la tension émotionnelle constante. Certaines personnes vivront sous stress pendant très longtemps, d'autres s'écrouleront rapidement.

 

- Que faire ? Favoriser les boissons chaudes, prendre des temps de repos suffisamment réparateurs, parler de la situation à une personne de confiance ou un professionnel, prendre le temps de ressentir tout son corps, de sentir la terre sous ses pieds.

 

 

Phase d'épuisement (phase ou niveau 3) : apparition de différents troubles somatiques .

- Le contexte : Phase de déclin du niveau de résistance. Les ressources du corps sont épuisées. L'organisme ne réagit plus. La dépression devient chronique et la somatisation s'installe avec le déclenchement de symptômes physiologiques.

 

- Réponses du corps :

- la tension artérielle est élevée,

- apparition d'infection,

- diabète, ulcères, allergie, problème de poids,

- dépression, mauvaise image de soi,

- absentéisme, augmentation des accidents, de la consommation d'alcool, de tabac…

 

- Que faire ? Boire chaud, respirer profondément, prendre la décision de sortir de cette spirale de ce problème, faire le CHOIX de passer à l'action et rencontrer un professionnel (quel qu'il soit, à condition qu'il vous convienne), se laisser le temps de résoudre le problème -il ne s'est pas installé en un seul jour-.

 

 

Ressources complémentaires :

- Hans SELYE, le stress de la vie (1962),

- D. Whiteside et G. STOKES, Louder than words et under the code (1997).